Mes séries de l’été

Ayant déménagé à deux reprises ces six dernières semaines ainsi qu’ayant passé quelqus jours en Laponie Écosse, mon budget vacances s’est réduit à peau de chagrin. Mais loin de me démoraliser, je me dis que cela n’en est pas moins une formidable opportunité pour découvrir ma nouvelle région, la Bretagne, ainsi que sa voisine, la Normandie.

Par ailleurs, j’ai choisi mes séries de l’été pour leur côté dépaysant. Ansi, je vais voyager :

du côté de l’Afrique, et plus particulièrement au Botswana, avec l’Agence N°1 des dames détectives. Cette série qui ne comporte que 7 épisodes, relate le quotidien d’une femme qui souhaite ouvrir et vivre de son agence de détectives.

no1ladiesdetectiveagency

Pourquoi cette série ? Aaaah la savane, la musique africaine, les éléphants, les couleurs vives et un personnage principal féminin. La série semble légère tout en abordant des sujets sérieux, de quoi réfléchir sans se prendre la tête.

Je me suis rendue compte avec cette série que c’est la première que je regarde qui se déroule sur le continent africain. J’aurais bien envie de découvrir d’autres séries, alors si vous avez des idées à me soumettre, je suis preneuse !

du côté de l’Angleterre, avec la fameuse série Broadchurch.

broadchurch1

Pourquoi cette série ? j’avoue, le côté policier, la grisaille, c’est pas très joyeux tout ça. Mais à ce qu’il paraît cette série est géniale et totalement impévisible. Et relativement courte. Et elle se passe au bord de la mer. Ca revient à lire un bon Agatha Christie !

– du côté du 8ème-9ème siècle de notre ère, à l’époque des Vikings, avec la série éponyme (j’en suis à la saison 3)

ragnar_vikings

Pourquoi ? Raaagnaaar !! Pas besoin d’en dire plus ! Parfaite pour les hautes températures également !

– on revient à notre époque et on va faire un tour du côté des USA, avec la série Young&Hungry

youngandhungry

Pourquoi ? Pour le chassé-croisé amoureux entre un patron millionaire et sa chef à domicile, sur fond d’humour et de situations plus cocassses les unes que les autres. Pas vraiment dépaysante mais vraiment très rafraichissante et parfaite pour l’été !

 

Avec en accompagnement des petites douceurs à grignoter ou à boire, de quoi passer de bons moments cocooning chez soi ! 🙂

Et vous, que regardez-vous cet été ? Est-ce que vous vous concoctez un petit programme de séries spécialement pour les vacances ? Des séries à me conseiller ?

 

 

Ces prochains jours, je vais…

large (1)

– étrenner ma nouvelle valise (rose)

-sans personne pour venir cette fois me chercher à l’aéroport (et aucune idée de comment rejoindre mon hôtel de l’aéroport)

-boire une WKD puis enchaîner avec plusieurs Jagerbomb

-le revoir

– finir la soirée dans une super boite de nuit jusque pas d’heure

-repenser à ce qu’il m’avait dit avant que je parte « quand tu reviendras, rien n’aura changé » alors que si, tout a changé…

-rencontrer plein de nouvelles personnes sans avoir peur du ridicule « I’m French ».

-me dire que ce qu’il y a bien en Écosse, c’est qu’on ne se fait pas la bise…

-porter une petite veste voire un petit pull (non je refuse de prendre un manteau d’hiver dans ma valise)

-me répéter en boucle que je ne suis pas seule, que j’ai la chance d’avoir des amies formidables

-manger un délicieux fish& chips, et peut-être me laisser enfin tenter par un vrai Scottish breakfast

-ne pas laisser une peur me pourrir mon week-end

-ne pas craindre de mourir de chaud

-avoir peur de me rendre compte que je n’ai pas fait le bon choix en partant d’ici…

-voir des hommes porter le kilt à presque chaque coin de rue…

-ne toujours pas savoir où je vais dormir samedi soir

-ni dimanche soir

-me réhabituer à cet accent si particulier et si lovely

-ne pas voir le temps passer et n’avoir aucune envie de rentrer en France

Bref, demain je retourne à Glasgow… Ascenseur émotionnel et week-end pas très reposant en vue. Rien d’organisé si ce n’est de voir un maximum les gens qui me manquent (et faire quelques restos, mais quand on me connait, on sait que je ne badine pas avec la nourriture!). +  L’Ecossais que j’appréhende de revoir car je ne sais à quoi m’attendre de sa part, il a bouleversé tous mes plans depuis quelques jours… Il a toujours été imprévisible, toujours été là où je ne l’attendais pas mais sur ce coup-ci, cela a l’effet de me laisser toute désemparée et de me faire sentir tellement vulnérable (les sentiments tousa toussa…) J’ai moins de 36heures pour cacher l’effet qu’il produit sur moi (pas facile face à des grands yeux bleus qui ont une facheuse tendance à lire en moi comme en un livre ouvert…) et me montrer maitresse de la situation…

Mes petits plaisirs écossais ♥

*Écouter le Google Game  à la radio (Heart Scotland) dans ma voiture aux alentours de 8h25. Le principe du jeu est tout simple : il suffit de deviner la fin la plus populaire d’une des recherches Google. Par exemple, « est-ce que les tigres…? » (la réponse à trouver étant : ronronnent). Je me prends au jeu et j’aime beaucoup le cérémonial, car les animateurs font prêter serment aux auditeurs, la main sur le coeur, de ne pas tricher.

*Parer ma voiture d’un nez rouge. A l’occasion du Red Nose Day (qui est une oeuvre de bienfaisance en faveur des enfants malades), j’ai acheté un nez rouge à mettre sur le pare-choc de ma voiture. Par contre, pour le côté discret, c’est clair qu’on repassera mais je trouve ça très drôle !

image

*Manger des crumpets (c’est une sorte de pancakes mais très épais)! J’adore ça !

image

*Boire une WKD. C’est ma boisson alcoolisée favorite et ça a un peu le goût des bonbons schtroumpf !

image

*Les dimanches. Mes dimanches sont bien plus joyeux ici qu’en France, car contrairement en France où le dimanche est synonyme de désert et ennui, ici, c’est synonyme de shopping, de brunch, de musées…  Le dimanche est un jour comme les autres, et ça c’est super !

*Quand on me parle en français ! Je fonds totalement quand un Anglais parle en français (rhaa le charme de l’accent anglais  !! ) et je suis très touchée qu’ils fassent l’effort de prononcer quelques mots dans ma langue natale !

*Prendre la voiture et au bout de même pas 15 minutes, me retrouvée en pleine nature, entourée uniquement de montagnes, de moutons et autres paysages magnifiques ! C’est toujours aussi dépaysant !

*Sortir dans un pub avec mes amis. Ça, c’est une évidence ! Et faire la rencontre de nouvelles personnes ! Les Ecossais sont vraiment très amicaux, et très accessibles. (Ceci est vrai à Glasgow, et un peu moins à Edinburgh).

Et vous, quels sont vos petits plaisirs (que vous habitiez en France, en Angleterre, ou ailleurs) ?

image

Après les atrocités de la semaine dernière, les démonstrations d’unité et de solidarité nationale (ainsi qu’internationale) m’ont mis du baume au coeur et m’ont beaucoup émue !

Comme quoi, l’humanité est capable du pire comme du meilleur ! Gardons foi en elle !  ♥

Ecrire un roman en 30 jours, mon challenge de novembre

 

writing-girl

Je pense que comme une grande majorité des blogueurs, l’écriture est mon exutoire. J’ai toujours noirci des pages, que ce soit pour raconter ma vie, pour raconter celle des autres (vécue ou inventée) ou pour me « vider » de ce trop plein de pensées noires qui m’empêchaient de dormir. J’ai commencé des dizaines de nouvelles, j’ai eu des centaines de premières pages de romans mais rien d’achevé. Peut-être par flemme de vraiment travailler sur mes textes ou tout simplement parce que je fais partie de la catégorie des personnes qui ne finissent jamais rien (hormis ce qui a dans leur assiette) mais qui ont toujours 10 000 projets en cours.

Lorsque j’ai vu que Mlle Louise participait au NanoWrimo cette année, ma première pensée fut de me dire que ce n’était pas pour moi. Derrière ce nom, source de terreurs nocturnes chez ses participants, il s’agit d’un défi d’écriture consistant à écrire 50 000 mots minimum en un délai imparti de 30 jours, soit la longueur du plus petit roman que le créateur de ce challenge avait dans sa bibliothèque.

Puis, durant la nuit, une idée a germé dans ma tête : une histoire à base de péripéties amoureuses, d’être en paix avec soi-même ainsi que de sacs à main (les deux premiers thèmes étant chers à mon coeur). Spontanément, des noms me sont venus, des dialogues et des situations cocasses également. A 15 jours du début du NanoWrimo, je m’y suis donc inscrite.

Je ne me fais pas d’illusions sur mes chances de réussite, je pense qu’elles avoisinent les 10 %. D’ailleurs, depuis hier, j’ai écrit seulement 901 mots au lieu des 3334 recommandés (50 000 / 30 = 1667 mots par jour) et le site me dit qu’en vertu de mon rythme, j’aurais fini mon roman en février 2015. [Il y a également des petits badges à gagner au fil de ton avancement, c’est chouette et interactif !] 

C’est non seulement une manière de me prouver que je peux écrire + qu’une dizaine de pages mais également une manière de lutter contre la déprime hivernale. En effet, ici en Ecosse, la nuit tombe à 16h et c’est déprimant au plus haut point de se dire que quand tu pars travailler, il fait nuit, et quand tu en reviens, il fait nuit également. Malheureusement je n’ai aucun pouvoir sur la rotation de la Terre mais je peux influer sur mon moral. Et quoi de mieux que de se dire, sur le chemin du retour à la maison, « oh chouette je vais pouvoir retrouver ma chère Paula (oui oui, c’est le prénom d’une de mes héroïnes) et écrire la suite de ses aventures »  (avec une bonne tasse de thé pour trouver l’inspiration) !

De votre côté, quel est votre défi pour le mois de novembre ?

Au cas où, on ne sait jamais, est-ce que vous avez déjà participé au NanoWrimo ou est-ce que vous y participez cette année ? 

 

Ma To-do List anglaise

thumb (7)

Dans cette To-do List, il y a évidemment améliorer mon anglais (voire devenir bilingue) et visiter un maximum mais également :

1. Savoir conduire à gauche

2. Savourer un afternoon tea

3. Prendre un cours de claquettes anglaises

4. Prendre soin de mes pieds. Premier constat : tous les pieds sont laids. Second constat : à force d’empêcher mes ongles de pousser (parfois de manière barbare), je risque d’attraper des ongles incarnés. Donc il serait vraiment bien que j’arrête de négliger cette partie de mon corps.

5. Sympathiser avec un homme aux cheveux roux et prendre une photo avec lui, tout en portant des chaussures bleues (ceci est un défi donné par mes amis)

6. Découvrir de nouveaux thés, de nouvelles petites douceurs ainsi que des plats salés

7. Fêter dignement Halloween

Pour l’instant, après des débuts difficiles, je maîtrise la conduite à gauche. Quant aux découvertes culinaires, j’ai déjà testé pas mal de petites douceurs ainsi que le fish&chips en salé.

Le premier jour du reste de ma vie

newlife

« Une cabine téléphonique rouge, les voitures qui circulent dans le sens inverse, je crois bien que je viens de fouler le sol anglais… 🙂 « 

Contrairement à ce que ce message publié sur Facebook, afin de donner des nouvelles à mes amis et rassurer certains d’entre eux, sous-entendait, je n’en menais pas large, essayant désespérément de me réconforter et de stopper mes larmes.

Pourtant tout allait bien… Un esprit totalement occupé entre le déménagement, l’administratif et voir les amis. Un embarquement sans souci sur le ferry. Une petite pointe de stress avec l’annonce d’un retard, mais gérée avec une pastille aux fleurs de Bach. Puis il y a eu l’annonce dans le haut-parleur comme quoi on allait bientôt débarquer. Et c’est à cet instant-là que j’ai réalisé.

Réalisé que rien ne serait plus comme avant. Réalisé que j’étais seule et livrée à moi-même. J’ai du me faire confiance, faire confiance à mon anglais. Ce qui fait qu’au lieu de ressentir un soulagement d’avoir compris les propos du chef de bord et que la traversée se soit bien passée, mes nerfs ont lâché et j’ai pleuré… jusqu’à l’arrivée à Londres.

Je ne me suis jamais sentie autant vulnérable qu’à ce moment là. Traverser la Manche a produit sur moi le même effet qu’une psychothérapie, il y a tout qui ressortait, le bon comme le mauvais. C’est le début d’une nouvelle vie, loin de mes amis, de ma famille et j’allais devoir compter uniquement sur moi.

Je vais devoir me faire confiance, je vais devoir devenir cette femme indépendante et forte que je rêve d’etre, je vais devoir tout simplement grandir.

Pas si simple mais il le faudra bien si je veux que mon expatriation soit une réussite !

Dans cette nouvelle vie, j’aurais pour (fidèle) compagnon ce blog qui fera office à la fois de journal de bord de mes tribulations existentielles et amoureuses, ainsi que de carnet de voyage.

keep-calm-to-be-continued-2