Et si on avait trois jokers en amour ?

image Que l’on soit en couple ou célibataire, il faut bien reconnaître que l‘on se pose continuellement des questions sur l’amour : – En couple, lorsque tôt ou tard se dresse le premier obstacle et que l’on se demande : « Est-ce que je me bats ou je lâche l’affaire? » « Est-ce que ma relation vaut le coup que je me batte pour elle ou est-ce que je me bats contre des moulins à vent ? ». Ou tout simplement  : « Es-t-il le bon ? Notre relation va t-elle durer ? » – Lorsque l’on est célibataire : « quand est-ce que je vais trouver le Bon ou est-ce que je vais continuer encore longtemps de tomber que sur des crétins / crapauds ? » « est-ce que je vais galérer toute ma vie en amour ou un jour j’arriverai à me caser et que ça marche ? » « est-ce que mon ex va revenir ? » Imaginons que l’on dispose de trois jokers sur notre vie amoureuse, que l’on peut poser trois questions sur notre présent ou futur amoureux et avoir la réponse ! Utopique c’est sûr, mais ce serait tellement pratique et quel gain de temps ! Fini les doutes, fini de se prendre la tête avec toutes ces questions, fini de rester dans une situation où est malheureuse quand on sait que la fin est inéluctable ! Pourquoi trois ? – parce que c’est mon chiffre préféré – parce que le génie de la Lampe accorde trois voeux – parce que ce serait un filet de sécurité à n’utiliser qu’en cas d’urgence ou à un moment crucial de notre existence : célibataire endurcie ou qui enchaîne les mauvaises rencontres, après une demande en mariage ou lorsque l’on a un projet bébé pour savoir si on fait le bon choix ou encore si on a connaissance d’un adultère, savoir s’il faut pardonner ou partir. – parce que malheureusement on apprend + des mauvaises expériences que des bonnes et donc, il nous faudrait quand même oser et se planter pour grandir, pour devenir une meilleure version de soi-même en amour et ainsi être prête quand on croisera quelqu’un avec qui on peut vivre une histoire d’amour durable. Parfois j’aimerais vraiment que ce soit possible, d’avoir une autre certitude que celle qu’ « il n’y a aucune certitude en amour ». Je me dis aussi que j’aurais déjà utilisé tous mes jokers à l’heure actuelle ou aucun par peur de les gâcher bêtement …

Publicités

0ù la direction d’un regard devient un signe annonciateur de rupture… (et l’inspiration pour un article)

Dernièrement, j’ai eu une conversation avec un ami divorcé (depuis plusieurs années) qui a débouché sur « oh tiens et si je te montrais la photo de notre mariage ». Sur cette photo, prise à la sortie de la mairie je suppose, ils sont beaux, ils forment un joli couple et une jolie famille avec leurs deux petites têtes blondes à leurs côtés qui affichent un grand sourire. Il me fait remarquer que leurs deux petites filles et lui regardent vers la gauche tandis que son ex-femme regarde vers la droite. Un détail fort amusant ma foi, jusqu’à ce qu’il ajoute :

« Cela voulait déjà tout dire, on regardait pas dans la même direction… La seule à ne pas regarder dans la même direction, c’était elle. »

On sentait une pointe de douleur dans ses propos mais surtout que pour lui, ce simple regard tourné dans la mauvaise direction prédestinait de la tournure de leur mariage.

A ce moment-là, j’aurais bien aimé avoir la faculté de remonter le temps et revenir au moment où il a tenu cette photo entre ses doigts : quel discours tenait-il ? avait-il déjà eu un pressentiment qu’elle partirait quelques années plus tard et avait réprimé cette intuition ? ou avait-il plaisanté à ce propos, trouvant cela simplement anecdotique mais ne présageant de rien ?

Je reste convaincue que le jour où elle l’a épousé, elle se voyait finir sa vie à ses côtés, et que la routine, une rencontre, les aléas des sentiments l’ont poussée à rompre ses vœux.

Mais je comprends tout à fait qu’après une déconvenue sentimentale, on ait cette réflexion « j’aurais dû m’en douter qu’on était pas fait l’un pour l’autre, on ne regardait pas dans la même direction elle et moi ». Cela fait même partie du processus de guérison, cela nous aide à passer à autre chose en se disant que quelqu’un de mieux, quelqu’un qui nous correspond mieux nous attend quelque part.

Combien de fois je me suis dit que tel homme n’était pas fait pour moi parce que au choix il était nul en orthographe / il fumait / il avait une petite bite ou n’était pas doué au lit, ou encore tout simplement parce qu’il ne savait pas cuisiner ? Après chacune de mes ruptures, pour tout vous avouer !

Et pourtant ça ne m’a pas empêché de continuer à rencontrer et à tenter avec des hommes qui étaient loin d’être des dieux au lit et encore des Victor Hugo ou des Rimbaud… Tout comme j’ai cru qu’un homme doué de sa plume et d’autres attributs de son corps pouvait être l’homme de ma vie et je me suis plantée royalement !

Je crois très fort en l’intuition, je crois très fort cette petite voix intérieure qui saura tirer la sonnette d’alarme en temps voulu. Mais je sais aussi que ma petite voix intérieure ne s’appelle pas Madame Irma, qu’elle nous dit ce qui est bon pour nous sur le moment, qu’elle nous dit de fuir tel homme car il va nous faire souffrir dans un avenir proche mais qu’elle ne peut pas nous alerter « si tu sors avec cette femme, dans 10 ans vous divorcerez ». Non, notre intuition nous dira plutôt « tu peux vivre une belle histoire d’amour avec elle, est-ce que tu prends le risque de voir jusqu’où elle te mène ? ».

A nous ensuite de ne pas nous blâmer à chaque déconvenue, d’ériger le moindre signe en « signe annonciateur du désastre » car il n’y en a pas toujours. Et garder à l’esprit que l’homme de notre vie pourra ne pas savoir cuisiner et qu’il n’imaginait pas trouver en une fille qui n’aime pas la bière, la femme de sa vie.